Les fondations du BASTION

Dans ces quelques lignes, je vous livre ma vision ou plus simplement les raisons pour lesquelles j'ai souhaité créer une résidence d'innovation.
“La meilleure façon de commencer, c’est de cesser les discours et commencer à agir.”
— Walt Disney
En effet, il y a quelques mois, j'ai pris cette citation de Walt Disney au pied de la lettre et je me suis engagé dans un rêve que je mûris depuis longtemps : construire un outil pour rassembler et accompagner les hommes et les femmes qui souhaitent donner du sens à leur action quotidienne en participant à l'émergence d'une société plus humaine et retrouver ainsi du plaisir dans leur vie professionnelle.

Pourquoi ?

Depuis quelques années, j'ai observé que les dynamiques à l'oeuvre dans les entreprises entraînent une modification profonde et irréversible de notre rapport au travail. En effet, les années de course à l'excellence opérationnelle ont permis aux entreprises de rendre leurs processus opérationnels plus fiables et plus efficaces : c'est l'âge d'or des cerveaux gauches et de la logique implacable des chiffres et des tableurs excel, de la course à la linéarité et la prévisibilité du business. Si cette recherche effrénée de la standardisation a pu aboutir à des résultats probants, notamment en matière de profitabilité à court terme, elle a également détruit ce qu'il y avait de plus humain dans l'entreprise : l'agilité, la créativité des équipes et plus globalement la capacité de l'entreprise à s'adapter à son environnement économique. Sur le long terme, la course effrénée à la rationalisation des processus organisationnels est un suicide pour l'entreprise.
Côté collaborateurs, les conséquences se mesurent à l'aune de l'évolution de la relation qu'ils entretiennent avec leur employeur : lorsque le travail donnait du sens à l'action quotidienne du collaborateur, le travail était synonyme d'épanouissement et les collaborateurs pouvaient s'identifier à l'entreprise qu'ils servaient car elle participait à la construction de leur identité. Mais les années de course à l'excellence opérationnelle ont abouti à une prolétarisation du travail à tous les niveaux de l'entreprise - les cabinets de conseil en organisation parlent aujourd'hui de robotisation du travail - et une dégradation constante de l'épanouissement des collaborateurs dans leur vie professionnelle : non seulement on constate une disparition du sens que l'on donne à son travail au quotidien mais en plus, les relations entre collaborateurs et partenaires deviennent de plus en plus arides et tendues.
Dans ce contexte, il n'est pas étonnant d'observer une prise de distance du collaborateur avec son entreprise et une diminution de son implication dans son travail. Ce processus de désengagement s'est accéléré ces cinq dernières années avec les nouveaux risques de désintermédiation - ou uberisation - auxquels sont confrontés beaucoup d'entreprises installées. En effet, les directions générales, conscientes du risque qu'elles encourent, se sont lancées bien souvent maladroitement dans une transformation digitale de leur entreprise : soudainement, elles ont demandé à leurs collaborateurs et à leurs managers, qu'elles ont formatés à leurs procédures pendant des années, d'être plus agiles et plus créatifs pour ouvrir de nouvelles perspectives à l'entreprise. Bien sûr, ces nouvelles directives doivent se traduire dans les faits sans que la dictature de l'excellence opérationnelle ne soit remise en cause. Cette schizophrénie conduit inévitablement les collaborateurs, puis l'organisation toute entière, à l'échec. 
 
 

Alors tout est foutu ?

Les personnes qui me connaissent savent que je suis un optimiste par nature et je pense que cette crise globale est une formidable opportunité pour les individus et les entreprises de ré-inventer leur modèle, leur organisation et leur mission. Ma vision, c'est que les entreprises florissantes en 2025 seront celles qui auront su créer une nouvelle relation avec leurs collaborateurs en réintroduisant du "sens" dans leur mission. Plus exactement, les entreprises devront concevoir et mettre en oeuvre une organisation du travail qui offre la possibilité à leurs collaborateurs d'être intrapreneurs de leurs idées. 
Loin d'être trivial, relever ce challenge implique une refonte de la culture de l'entreprise, un changement de posture des managers, une modification des contours mêmes de l'entreprise, une évolution de la relation employeur - employé. C'est seulement après avoir engagé cette mutation culturelle, managériale et organisationnelle que l'entreprise pourra de nouveau être agile, créative et renouer avec une croissance durable. Dans ce nouvel environnement, l'entrepreneur de ses idées est roi. 
 
BOOST.jpg
 

Le BASTION, un agent mutagène

L'idée du BASTION est né de ces différentes observations et des conclusions que chacun peut en tirer pour notre avenir social et économique. Le BASTION a donc été pensé comme un outil pour accompagner les individus et les entreprises installées dans cette révolution qui va profondément modifier notre paysage économique au cours des 15 prochaines années.
A l'ACADEMIE du BASTION, nous avons une approche pragmatique orientée projet innovant. Notre pédagogie repose sur l'apprentissage du "faire" plutôt que du "faire faire". A travers leurs projets, nous apprenons aux participants du programme non seulement les outils pour découvrir et concevoir un nouveau produit ou service, mais nous leur apprenons aussi à changer de posture pour libérer leur potentiel créatif et entrepreneurial. Le "sens" donné dans l'action et le "plaisir" retrouvé dans le travail sont les moteurs sur lesquels repose notre programme.
Les portes de l'ACADEMIE sont ouvertes à un public très divers mais qui a en commun la volonté de transformer son environnement et donner du sens à sa vie professionnelle. Nous accueillons donc des aspirants entrepreneurs qu'ils soient dans une démarche personnelle ou au sein d'une entreprise installée qui souhaite se ré-inventer à s'appuyant sur l'intrapreneuriat.

LE BASTION, la matérialisation d'une nouvelle organisation d'entreprise

Le BASTION est également la matérialisation de ce que je pense être l'entreprise de demain, à savoir :
  • une entreprise porteuse de sens dans la mission qu'elle incarne au quotidien,
  • une entreprise aux frontières poreuses pour favoriser les collaborations avec son écosystème,
  • une entreprise qui s'appuie sur une communauté d'indépendants passionnés plutôt que sur une grosse équipe d'employés,
  • une entreprise qui offre un environnement de travail confortable, fonctionnel qui s'adapte aux besoins des usagers,
  • une entreprise profitable qui crée de la valeur économique et sociale.

 

Les fondations du BASTION sont posées. Elles sont encore fraîches et les murs ne sont pas encore montés. Il faut encore beaucoup de bras et de têtes pour construire ensemble le village. Aussi, si le projet du BASTION fait écho en vous, ou si vous pensez que nous pouvons vous aider dans votre entreprise, n'hésitez pas à nous contacter.

Olivier GIRINON,

fondateur du BASTION